Marathons Tunisiens

Smaller Default Larger

Le livre d'Or WET 2011

Un Week-end trail à Tataouine pour se perdre en courant au bout du monde.

Dunes, terre et lune, asile des pierres. Nuit, désert et soleil, parterre des merveilles. Dans le sable, nait un désir, c’est l’haleine du plaisir. Il brame comme une âme qu’une flamme toujours suit. La voie plus haute mène au château. D’un coureur qui saute, c’est le galop. Il fuit, s’élance, puis en cadence, sur ses pieds danse, au bout de son eau…

Passer le nouvel an à Tataouine et aller y courir pour se perdre intentionnellement au bout du monde, traverser le désert, parcourir au galop l’erg et le reg. Du sable fin aux pierres qui s’enchevêtrent. Un week-end trail. Trois spéciales de course à pied disputées en deux jours et une nuit, 31 décembre et 1er janvier, toutes brillamment élaborées par les associations partenaires et complices « Week-end trail » et « Carthago ». Finir l’année, mettre Sylvestre sur son 31, en short et petite tenue, commencer l’épreuve par une échauffourée dans le sable, autour de l’oasis de Ksar Ghilane, s’enliser dans les dunes, se noyer dans l’immensité du désert, chercher son azimut. Le soleil inonde de lumière chaque grain de matière ocre jaune. Là, les couleurs variées des maillots de course résonnent. Et le rouge finit toujours par l’emporter, enflammant l’horizon, l’embrasant jusqu’à l’éteindre. Puis terre de feu et cieux étreints laissent place au firmament étoilé. Aux clémentes températures succède un froid rigoureux. Sous la lune, la seconde étape invite chaque concurrent à un galop encore plus insolite. Dans la nuit, sur le plateau qui surplombe Douiret, chaque pas tâtonne et doit deviner sous ses semelles le sol obscur. Chaque foulée répète et précède celle qui suit. Dans le noir, les lampes du peloton défilent comme autant d’étoiles filantes. Dans l’immensité du désert, sous la voûte d’un ciel d’encre tachetée, les  lueurs des torches se confondent aux milliers de soleils brillant dans l’infini. Baigné dans l’encre, le scribouillard cherche là son inspiration. Comme lui, les autres coureurs inspirent, respirent. D’une course haletante disputée un soir de réveillon, tous franchissent ligne d’arrivée et cap de la nouvelle année. 2011 est morte, que vive 2012. Champagne de sable. Cailloux, joujoux, bijoux. Au-delà d’un court sommeil, pour finir l’épreuve, dernier volet, une longue course leur est proposée matinalement, le jour de l’an. Un galop entre les écueils de pierres, de Douiret à Guermassa, une longue traversée du désert tunisien où les paysages, les villages troglodytes traversés s’allient avec la beauté, les efforts avec le recueil sur soi. Une manière bien originale de festoyer la nouvelle année quand la société délaissée volontairement s’enivre plus communément. Cap sur les 366 prochaines journées. Penser les bonnes résolutions. Le temps de la course est à la réflexion. Quand la tête réfléchit, les jambes cherchent à signer le meilleur temps possible, à jouer les kilomètres et le chronomètre. Aller au bout de soi, jusque Tataouine. Qu’évoque cette cité si ce n’est le bout de tout. Du sport, de l’aventure, un voyage, un partage, la découverte d’un pays, d’un autre, des autres. S’en repaitre et rentrer, dans tous les cas, vainqueur.

Les deux associations coorganisatrices sont parfaitement rôdées, rompues à l’exercice. D’une part, « Week-end trail », dirigée par les deux anciens champions que furent Olivier Gui et Alain Aubrion et soutenue par Adidas, est à l’œuvre toute l’année dans l’organisation des plus grandes épreuves nationales, du semi marathon de Paris au marathon de Nice-Cannes, des gendarmes voleurs de temps au festival des templiers, et tant d’autres encore. Autant de compétences acquises que d’expériences partagées. Des bagages posés en Tunisie. D’autre part, l’instigateur de l’épreuve, reconduite cette année dans sa seconde édition est Tunisien, vit à Paris et préside « Carthago ». L’équipe d’Azdine Ben Yacoub organise chaque année le semi marathon de Djerba et le marathon des Oasis. La Tunisie est son terrain de jeu préféré. Aucun grain de sable, même le plus fin, celui qui s’immisce inexorablement dans vos chausses et vos guêtres de coureurs du désert au point d’en réduire considérablement la pointure, n’enraye sa belle mécanique motrice. Djerbien d’origine, passionné des cultures française et tunisienne, profondément athée, Azdine orchestre avec talent les animations des épreuves qu’il a lui-même créées. En gardant comme point d’orgue l’épreuve qu’il est venu disputer, tout en crapahutant dans la vaste contrée, le participant est parallèlement initié à la culture, aux saveurs culinaires, à la musique, aux danses, aux chants. Le rythme effréné des darboukas, des tablas et des mezoueds accompagne quotidiennement celui des coureurs. Avec le dépaysement, la beauté des paysages et des sites traversés, le week-end trail est une immersion totale. Et s’il ne demeure qu’un seul luxe véritable à retenir, ce sera celui des relations humaines. Un groupe homogène composé d’individualités surprenantes. Pour un seul esprit. Partir, découvrir, rencontrer, échanger, partager. Se souvenir.

Un rendez-vous international. Une cinquantaine de coureurs. Beaucoup de Français, Paris, Bordeaux, le Mans, Toulouse, Marseille… des Anglais, des Tunisiens, des Marocains. Chacun est venu courir pour soi, donner le meilleur de lui-même et parvenir à se faire plaisir. Karim Mosta, la légende, l’homme aux cent cinquante ultra-trails, aux vingt-trois marathons des sables. Jacqueline Keller, venue accompagner son mari Dominique, mal voyant. Et les autres. Les bons, les moins bons, tant et tant de partages... Et il y eut bien compétition. Dominique Chauvelier, quatre fois champion de France de marathon et vainqueur de la précédente édition, était revenu mettre son titre en jeu. Son camarade de club, Stephan Vernay du Free Run 72 a su lui tenir la dragée haute sur les deux premières spéciales, plus techniques, avant de s’incliner sur la dernière, plus longue, plus haletante, plus déterminante. Valeureux Chauchau. Talent et verve demeurés purs. Et que penser de Fiona Porte ? A vingt-deux ans, l’impressionnante gamine, rayonnante et délurée, enflamme l’ambiance du week-end trail par son insolente énergie, confirme son statut d’espoir du sport français, ravit le monde et hisse sa jolie frimousse et sa verte tenue d’agente Adidas sur la plus haute marche du podium féminin, crânement, outrageusement.

Le temps d’un week-end comme celui là est vite compté, la traversée du désert est vite terminée. Tunisair a ramené tous les petits princes de ce côté de la Méditerranée. La nouvelle année maintenant  est commencée, chacun retrouve sa tâche, son quotidien. Quels enrichissements ! De l’aventure, chacun s’en est rentré, repu, requinqué. Nul doute que l’intensité de tels moments ne peut être inoubliée. En avril, « Carthago » propose le semi marathon de Djerba, un bain djerbien de plus d’une semaine. Au-delà du printemps, fut-il une nouvelle fois arabe, il serait sensé, trailers, d’y participer.

Brice de Singo (This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.)

Bonjour,

Un petit mot pour vous messieurs les organisateurs  (sans oublier  Monique)  ...  en remerciement de ce séjour inoubliable  !!!

J'ai tout aimé de ce wet Tataouine ... les circuits étaient au top  ( même si je vous ai maudit sur certaines côtes un peu raides ! )

merci pour tous ces magnifiques panoramas Tunisiens  !!!

J'ai adoré les couleurs  de la tunisie , les dunes , la source

chaude , le campement , les troglodytes ( et notre chambre très  cosy !! )

J'ai adoré l'ambiance festive et la boukha qui monte à la tête , j'ai  adoré  ce repas en plein air à l'arrivée !

J'ai adoré mon Chauchau increvable ... !!!

et pour la prochaine édition il manquait juste une petite journée  détente Hammam pour finir ce superbe séjour ..

Wet tataouine à faire et à refaire ...

Un Grand Merci à tous ...  Des bises et à bientôt !

Maud

Non  ce n 'est pas possible !!!  pour ma 2eme participation à ce magnifique trail de fin d 'année j 'ai perdu pied   j 'ai révé  ..... .Azdine  et son équipe m 'ont transporté dans un nuage , dans un monde de réve ..C 'est vrai qu 'ils avaient tout préparé  comme des   grands pros   !!!


Les  participants  sont venus de tous les coins de France .Agen ,   Aix en Provence ,    Boulogne sur mer ,  Bordeaux,   La Rochelle ,   Macon , Orléans ,  Paris  , Plaisir , St Cyr , Reims, Rouen , Rosny, Toulouse, de  l 'Ariège , l 'Aveyron ,  de la  Corse, de la Lozère  et même 2 professeurs anglais enseignant dans leur langue maternelle en France ..et quelle chance et quel honneur d 'approcher et de vivre avec  deux  grands champions internationaux et avec notre benjamine qui malgré son sourire permanent  est  une très grande championne très conviviale  ..nous avons vécu avec deux journalistes,  coureuse  et coureur, qui nous feront des articles que nous attendons tous  avec impatience .. toute cette équipe  de  coureurs  de  22 à 62  ans  a vécu des moments magiques , dans des endroits féériques ..


Que de chemin parcouru depuis notre convocation à Orly  ce jeudi 29 decembre 2011 - un avion , un simple avion nous a emmené à Djerba. Comme à son habitude la compagnie TUNISAIR nous a bien soignés, aussi bien à l’aller qu’au retour, et avec des plateaux repas, cette année, de très bonne qualité.   A  notre arrivée ..... nous étions encore .... à peu près conscients ..mais  après ..  quelques heures de 4x4 très confortables ..... nous  avons été   débarqués  dans une oasis au milieu de nulle part des kilomètres et des kilomètres parcourus, souvent sur des pistes entourées de  poussière de sable cet endroit  est   à peine imaginable  ..   du sable  partout devant, derrière sur des dizaines de kilomètres et .. par enchantement des  palmiers sur 2 kilomètres de long  et environ 500 m de large et à  l'intérieur   … de la vie !!  notre oasis !!! une source d'eau chaude , des panneaux solaires pour l'énergie , des campements en tente berbère et pour les  " touristes"  de l 'air conditionné ..et  une vie commerçante .. évidemment pour nous les deux nuits passés sous la tente avec un bon duvet nous ont laissé de merveilleux souvenirs et  puis ..  et  puis ..  ce fut notre première course ..dans le sable ..  avec du sable partout ..dans les cheveux , dans nos chaussures et même à  l’intérieur de nos chaussettes ( là je n 'ai pas tout compris !!  pourquoi du sable entre mes pieds et les chaussettes !!)

Que dire de notre 2eme course !!!!! une course de nuit le 31 décembre au soir alors que d 'autres buvaient champagne  et faisaient réveillon  ..   nous  ..  loin de tout …  on courait     sur .. et  ...entre      les montagnes … un diner très chaleureux avec  cotillons !!!  et une nuit de rêve dans une chambre taillée dans la montagne .. magique !!  que du bonheur  !!

Le lendemain pour commencer l 'année  certains dorment jusqu'à midi et plus ..nous  .... nous avions payé ... pour courir   plus de 25 kms !!  c 'est un choix ! certains nous disent que nous sommes un peu  " fou "  que répondre ?  rien .. on aime  c 'est tout ...en ce qui me concerne j 'ai laissé comme d 'habitude partir les premiers   et à  chaque pas , chaque virage  je voulais gouter et savourer ces paysages extraordinaires , cette vision à l 'infini de paysage nu  sans arbre , sans végétation , pendant plusieurs heures je suis resté seul à suivre  un fléchage parfait qui m a conduit à l 'arrivée  où nous attendait un groupe d 'enfants  avec une ola !!!! de l'émotion à revendre , et un déjeuner  dehors en short et en maillot !!!

Dans l 'après midi nos « quatre quatre » nous ont ramené à Djerba … sans aucune berceuse beaucoup d'entre nous ont fait une petite sieste , heureusement les chauffeurs connaissaient  très   bien la route ....  Le 1er janvier au soir … dernière soirée  ensemble avec de très nombreuses récompenses  un diner et une nuit dans un hôtel  classe avant de reprendre l'avion  au matin  pour  2 H 30 de vol .notre rêve s 'est terminé à Orly le 2 janvier vers midi ..

Ce fut génial peu importe les kilomètres parcourus,  et  une certaine fatigue  à notre retour , nous avons tous pris  un plein d 'énergie   et  de l'optimisme pour cette nouvelle année .

Merci à notre ami à tous AZDINE   et  aux 2 autres  organisateurs  Olivier  et Alain , merci à toi Monique pour ta présence toujours discrète mais efficace, merci à toute l 'équipe de bénévoles ..

une dernière fois je dirai que   "  CE FUT SUPER  "

Christian  Voituron

bonsoir

que dire de ce wkend ? C'ETAIT SUPERRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

nous avons été tres bien accueilli par les tunisiens. Votre organisation est au top (difficile de faire mieux ). Les parcours m'ont fait decouvrir des paysages époustouflants par leur beauté , c’était grandiose. Mon reve de courir dans le desert s'est realisé grace a vous  mais, l'idée de revenir parmi vous pour le marathon des oasis me poursuit

j'ai changé d'année en étant sur un petit nuage

un grand merci a  vous tous  organisateurs bénévoles traceurs...............et a toi Monique pour ta generosité

Arlette

Bien sûr que nous sommes aussi ravis et satisfaits que Christian

En plus, nous sommes les deux Agenais qui, avec Pascal et Cécile, ont eu droit à un peu de rab!!!!
Incroyable, sans un euro de plus et comme nous n'étions pas vraiment préssés de rentrer nous avons pu profiter d'une matinée de plus, guidés par Pascal, pour vadrouiller dans Djerba et se livrer au plaisir du souk et du repas de poissons que nous étions allés acheter préalablement

Et encore plus incroyable, revenus à l'aéroport pour l'avion de 15h35, Azdine, notre maître à tous, nous a décroché le ciel, ou presque, deux places dans la cabine de pilotage, derrière les pilotes, vous avez bien lu, pour le décollage et l'atterrisage. Ainsi, l'année prochaine, Monique, pas la peine de réserver les pilotes, André va piocher un peu plus ses simulateurs et on prend les commandes!!!

Ainsi s'est terminé un week end trail de rêve!!!

Le plus dur va être de retrouver le boulot lundi

Mais nous vous attendons tous avec Olivier, à Prayssas, moins de sable, moins de cailloux mais des petites côtes sympa aussi
et le pruneau vaut bien la datte, isn't it?

Bises à tous

André et Roseline

A propos d'Azdine

Nom : Azdine Ben Yacoub
Fonctions : Le Boss - Organisation, gestion des relations avec les autorités et les acteurs locaux.
Signes particuliers : Aller vers l’autre est sa seconde nature. Ce passionné de sport est amoureux de la France et de sa Tunisie natale. Cette double culture est sa grande richesse et décuple ses forces. Lire la Suite

Google+